contact@paulinearry-coaching.fr

Quand il est dur d’accepter que ma réalité n’est pas toujours la réalité des autres…

Décide dès aujourd'hui de prendre la responsabilité de ta vie

Quand il est dur d’accepter que ma réalité n’est pas toujours la réalité des autres…

Tout à l’heure j’ai découvert une de mes gerbilles morte dans sa cage, les yeux ouverts dans un sale état. A la vision de cette scène je me suis sentie horrifiée, le souffle littéralement coupé. Je me suis retrouvée en sanglots, en état de choc du fait de voir ma gerbille dans cet état. Et oui, je l’aimais, même si ce n’est « qu’une gerbille » et que beaucoup d’entre vous trouverons cela ridicule.
Mais vous savez ce qui m’a surtout fait pleurer ? C’est la violence que fût pour moi la réaction d’un de mes proches quand j’ai eu besoin de l’appeler, en état de détresse. Apparemment il faudrait que j’apprenne à me maitriser davantage dans des moments comme ça. Sûrement parce que ce n’est pas normal de pleurer pour une pauvre petite gerbille.
Mais pour moi, dans mon système de croyances et selon ma vision de ma réalité, ce qui n’est pas normal c’est l’indifférence face à la souffrance d’un être vivant. Et surtout face à un animal pour lequel j’avais beaucoup d’affection depuis plusieurs années.

Cela me renvoie brutalement à ce que je vis tous les jours. J’ai l’impression d’être dans une autre réalité. Je me sens révoltée et impuissante à la fois. Le même sentiment quand un groupe de personnes t’accuse de quelque chose, que toi tu affirmes que c’est totalement faux parce que tu en aies profondément convaincu, mais que personne ne te croit. Je me sens totalement incomprise, et ça me donne la rage. Tu as beau parler, prouver le contraire par tes actes, montrer qu’autre chose est possible, rien n’y change. Ok soit, je respecte, chacun regarde la vie sous l’angle qu’il veut, et je ne veux pas imposer ma vision. J’aimerais juste que davantage de personnes la comprennent, ne la méprisent pas, et ne la jugent pas.
Cela fait bientôt 10 ans que j’ai pris conscience de l’horreur générée par l’industrie animale. 10 ans que je suis animée tous les jours, à chaque repas, à chaque acte de consommation, par ma conviction que ce n’est pas normal que nous continuons ce massacre. Je crois profondément à un avenir où les animaux seraient au moins considérés comme des êtres vivants, sensibles, capables d’avoir des émotions, de ressentir la douleur, de donner de l’amour et traités avec ce regard bienveillant.
Nous sommes de plus en plus nombreux à devenir végétariens, végétaliens, ou vegans, mais nous sommes encore autant nombreux à ne pas être entendus, ni compris, et considérés. Nous sommes mêmes qualifiés d’extrémistes, débiles, ou bisounours. Certes, cela peut paraitre extrême de décider de changer sa consommation à ce point et de s’y tenir scrupuleusement, mais selon moi c’est une réaction appropriée face à l’extrême violence de ce qu’il se passe.
Loin de moi l’idée de me victimiser, car je ne me considère pas comme une victime étant donné ma part de responsabilité dans ce choix de vie.
Mon souhait le plus cher à cet instant, bien qu’il soit utopique j’en suis consciente, serait que mon message diffuse une vague de prise de conscience. Cela me demande du courage de parler de tout cela, d’afficher l’état « de faiblesse » dans lequel je me trouve qui est en réalité un état de détresse. C’est cette force et cet amour au fond de moi qui m’a poussée à prendre mon ordinateur pour écrire ça, car je me suis dit : ce n’est pas possible qu’autant de personnes ne voient pas ce que je vois ? Comment peut-on être indifférent et participer à cela en toute conscience ? Qu’est-ce que je peux faire à mon niveau pour investir cette cause qui me tient tellement à cœur ?
Alors voilà. La seule chose à retenir c’est que nous sommes des milliers à avoir changé notre mode de consommation, certains risquent même l’emprisonnement pour tenter de lutter contre l’horreur des abattoirs, d’autres investissent tout leur temps pour dénoncer l’exploitation animale… Pouvez-vous juste essayer de croire qu’on ne ferait pas tout ça s’il n’y avait pas quelque chose de réel derrière ? Une vraie cause, un vrai problème ? Sans parler d’arrêter de manger de la viande, mais juste réaliser les raisons profondes qui mènent tant de personnes à agir.

Je ne veux pas me contenter d’accepter le fait que tout le monde ne voit pas ce que je vois, et n’y réagisse pas avec tant de sensibilité. Je ne veux pas m’en contenter car pour faire valoir le bien-être animal, on a besoin de vous tous. C’est à nous de changer et de refuser de participer à la souffrance animale. Tant que nous serons qu’une minorité à choisir de ne plus consommer des animaux traités de cette manière, cela ne changera pas face à l’ampleur du phénomène.

Ce message ne changera pas le monde, il ne vise pas non plus à culpabiliser, et il est dénué de toute haine. Mais à travers lui et mon mode de vie je cherche à incarner le changement que je veux voir dans le monde, comme disait un certain Gandhi…

4 réponses

  1. Céline dit :

    Merci Pauline pour ce très bel article… C’ est en osant dénoncer ce qui ne nous paraît plus normal que les choses évolueront dans le bon sens. N’ai pas peur de prendre la parole pour ceux que l’on n’entend pas et qui souffrent en silence… nous sommes leur seul espoir d’un monde meilleur. Moi-même végétarienne à tendance vegan, hypersensible à la cause animale, je peux te dire que j’en ai versé des larmes. Et on m’a fait avoir honte de moi pour cela, comme cette personne que tu as eu au téléphone. Mais pleurer pour la souffrance d’un petit être, quoi de plus légitime ? Nous ne ressentons pas tous les émotions aux memes degrés. Et surtout, nous ne faisons pas tous preuve d’empa. C’est une qualité très noble, et c’est une force par rapport aux autres, car nous voyons des choses qui leur échappent… il faut juste penser à nous préserver parfois.
    Merci encore Pauline pour ce billet.

    • PaulineArry dit :

      Merci à toi pour ce message très juste à mon sens 💕 c’est en effet pour cela que cette fois-ci j’ai osé écrire cela… Je suis d’accord avec toi, ça me parle beaucoup ce que tu dis je te remercie, car ça me fait du bien de te lire 🙂

  2. Lucas dit :

    Bonjour Pauline, je n’ai vraiment pas l’habitude de poster des commentaires sur les blogs mais là j’y étais limite obligé. Tu m’as vraiment touché, j’ai été extrêmement ému par tes mos remplis de tristesse mais aussi d’une immense sagesse. Bravo et merci pour cette leçon que parfois certains oublient: on est une partie d’un tout, et si on veut changer le tout, alors nous devons nous changer nous même. Merci encore pour ce magnifique article 😙

    • PaulineArry dit :

      Je te remercie de m’avoir écrit ce commentaire qui me touche beaucoup 💕 j’aime bien ta manière de formuler cette idée, ça me parle… Merci 😚

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *